L'histoire du char à voile

Posté le 26 Juin 2014

Introduction

Si les Belges lancèrent les premières compétitions, il y a tout juste un siècle, le “vaisseau des sables” remonte à plusieurs millénaires. Égyptiens, Romains ou Chinois utilisaient déjà le vent comme moyen de propulsion terrestre.

Mais ce sont les Européens qui en firent un loisir, puis un sport dans lequel s’illustrèrent de nombreux Français.

Peu d’historiens se sont penchés avec attention sur le passé du “voilier des sables”, peut-être à cause de son utilisation marginale. Certains experts ont ainsi “arbitrairement” fixé la naissance du char de sport à l’année 1898. Travaillant en collaboration avec des collectionneurs et pratiquants de char, Jan Leye dans son ouvrage sur “L’aventure du char à voile”, explique qu’on “admet généralement que la construction du premier char à voile par André Dumont marque le début du char à voile comme sport. L’année suivante le frère d’André, François Dumont, en construit un deuxième, un peu plus léger et plus rapide. A partir de ce moment là, on recherchera des chars de plus en plus rapides et cette évolution se poursuivra.” Retenant cette date, la Fédération Internationale de Char à Voile a marqué l’événement en organisant des Championnats du Monde sur la plage de La Panne, en Belgique, lieu mythique des toutes premières courses de chars. Inspirés par ce grand moment historique, les pilotes de l’équipe de France ont montré leur suprématie dans toutes les catégories pour faire de ce centenaire un anniversaire en or.

 

Un passé lointain

Si l’histoire risque de retenir facilement cette date, elle est plus avare en informations sur les origines du char. On évoque ainsi les chars à vents des Égyptiens, deux millénaires avant J.-C., tout comme les expérimentations romaines vers l’an 400 avant notre ère.

histoireegypte

Reconstruction d’un « chariot à voile »
trouvé dans la tombe d’Amenembat III

En 247 avant Jésus-Christ, les chinois réalisent la construction de la Grande Muraille de Chine et utilisent des “brouettes à voile” pour transporter certains matériaux.
En Chine, un ouvrage écrit par l’empereur Liang Yuan Ti (Vème siècle) raconte la construction d’un “char à vent capable de transporter trente hommes, sur plusieurs centaines de kilomètres en une journée”.

hist1sep

Charrette chinoise à voile

Vers 1914, sans doute en souvenir de Yuan Li, les maraichers chinois de Canton équipaient leurs charrettes à bras d’un étoffe qui servait de voile et utilisaient ainsi le vent comme force d’appoint pour acheminer les lourds fardeaux jusqu’a la ville

Johann Friedrich construit à Torgau en 1595 une voiture à voile connu sur les plages de la mer du Nord. Des connaissances plus certaines remontent au XV siècle quand Simon de Bruges construisit des chars a à voile dont les roues en bois se seraient enflammées sous l’effet de la vitesse.

historique-4b

Toujours en Hollande fin du 16 ème siècle, l’ingénieur Simon Stevin entre au service du comte Maurice de Nassau. C’est alors « Stevin l’ingénieur » qui s’illustre par des inventions remarquables.

Simon Thévenin, ingénieur des digues aux ordres du Prince d’Orange, commandant en chef des armées des Provinces Unies, laisse le premier son nom dans le grand livre des expérimentations. Le chroniqueur décrivait ainsi cet engin hybride: “Si vous en observez les roues et les essieux c’est un chariot, mais si vous observez la barre du gouvernail et les voiles et si vous remarquez que le vent le fait avancer, vous l’appellerez un navire. Pour avoir réuni ces choses-là, on doit l’appeler un bateau avec des roues ou un char à voile. Vingt-huit personnes montèrent à bord et parcoururent sur les plages de la mer du Nord de Scheveningen à Petten, 75 kilomètres en moins de deux heures, soit à une vitesse moyenne de 37 km/h.

Mais selon Jean de la Varende, qui reconstitua un modèle réduit de ce « char volant », l’original atteignit en réalité les 60 km/h et les essieux s’enflammèrent.

Tout cela ne restait qu’un simple jeu auquel s’essayèrent encore bien des inventeur au cours des siècles suivants. Ainsi l’histoire nous a conservé notamment les noms de l’anglais Thomas Wildgoose (1620), de l’évêque Wilkins de Londres Duquet, à Paris (1714) et de l’espagnol José Boscassa, à Valence (1802).

L’expérience la plus intéressante eut lieu le 28 septembre 1834, lorsque le français Hacquet se mit à circuler sans difficultés en plein Paris avec son « éolienne ». Cette impressionnante machine était une sorte de gigantesque carrosse à voile surmonté de plusieurs mâts culminant à 13 mètres de haut : « Partie de l’Ecole militaire, l’Eolienne prit un vent du sud-ouest et franchit le pont d’Iéna, suivit les quais avec le même vent, s’arrêta place Louis XI sous les acclamations de nombreux spectateurs et revint à son point de départ malgré un vent contraire ».

Le principe traverse alors l’Atlantique.

A la même époque, on retrouve trace de telles expérimentations sur les rails. Des sailing cars roulent sur les lignes des South Carolina Railroads et de la Baltimore et Ohio Line. A bord de l’ « Eolus », la machine construite par cette dernière, est monté le baron Krudener, l’ambassadeur de Russie à Washington. Très impressionné par cette démonstration, il en fait aussitôt construire une copie pour la présenter au tsar. Sur la ligne Kansas-Pacifique, un ingénieur du chemin de fer, C.J. Boscom, atteint, en 1878, avec son wagon à voile, la vitesse de 64 km/h

Pour la fin du siècle dernier, le travail documentaire de Jean Leye dans « L’Aventure du char à voile » nous offre quelques références supplémentaires. Il montre qu »en 1897, en Australie, dans la région du Lake Lefroy, on utilisait des chars à voile comme moyen de déplacement et de transport du matériel. Une photographie montre celui des frères Sorensen, deux forgerons d’origine scandinave transportant du matériel pour les chercheurs d’or.

Ensuite, l’utilisation de la voile s’est vue limitée aux seuls bateaux et il faudra attendre quelques siècles pour que de nombreux inventeurs mettent au point des voitures à voiles. La pratique ludique remonte à 1898.

On la doit aux frères Dumont, en Belgique. Le char à voile a trouvé son terrain de prédilection : la plage.

8dumont

Les pionniers

 

Retour à l’Europe où Jean Leye a retrouvé la photo du premier char à voile construit par André Dumont, en 1898, fixant ainsi la naissance de ce sport. “On admet généralement, commente Leye, que la construction du premier char à voile, par André Dumont, marque le début du char à voile comme sport. L’année suivante, le frère d’André, François, en construit un deuxième. Un char à voile, qui est un peu plus léger et un peu plus rapide.” Dans son remarquable ouvrage qui regroupe les documents de plusieurs collectionneurs, on note qu’à partir de 1905 les premiers chars à voile apparaissent sur les plages de Hardelot, Berck et le Touquet. Un peu plus tard, les frères Dumont essayent sur la plage de La Panne, en Belgique, un char à voile de leur fabrication : c’était un chariot muni d’une voile dite : « “livarde” (forme de la voile triangulaire attachée à un mât en V) et de roues en bois plein. En raison du poids, il leur est impossible de remonter au vent. Plus tard, ils tenteront alors d’utiliser des roues à bandages avant de choisir celles d’un pousse-pousse.

En 1907, Willy Coppens, futur grand aviateur et char-à-voiliste, n’est encore qu’un enfant. En vacances à La Panne, il construit -sans connaître les frères Dumont- son propre char monté sur pneus et doté d’une voile ”houari” de 5 m2. Plus tard, il sera à l’origine de multiples prototypes comme “L’Aigle” doté d’une aile ou son “Non Pareil” (1961) à direction avant.

WillyCopens

À St Georges de Didonne, sur la côte atlantique, les jeux sont les mêmes qu’ailleurs. En 1908, Henri Camus, âgé 13 ans, et l‘un de ses copains utilisent leurs roues de bicyclette pour les fixer sur un engin rudimentaire constitué d’un châssis de 4m sur 50 cm de large, d’un mât de 2m et d’une toile de tente de plage familiale en guise de voile. Les changements de direction étaient limités et s’effectuaient avec une perche, les demi-tour se faisant à la main. L’ire paternelle sur l’utilisation abusive des bicyclettes mit fin à une vocation prématurée d’aéroplagistes.

8camus-sgv

Gouache Henri Camus

 

Les premières compétitions

Le char à voile entre dans l’air du temps. Chacun expérimente au mieux la solidité des roues alliée à la légèreté et forme de voile. La première course officiellement connue se déroulera à La Panne, l’été 1909. “Pour Julien Michez, raconte Willy Coppens dans un livre de souvenir, Benjamin Dumont, le marin de la famille, avait construit un petit char du modèle Dumont, avec quatre roues de bicyclette et une voile réduite à 4 mètres carrés. C’était un ensemble homogène, bien proportionné, si heureux que Michez gagna la première course de chars à voile jamais courue dans le monde. Il la gagna avec une direction démantibulée, son câble ayant cassé, en empoignant le cadre des roues directrices à pleines mains. Ce fut une course contre la montre, courue en ligne droite, vent dans le dos, car seuls les trois chars montés sur pneus étaient capables de remonter le vent.”

(Willy Coppens, chars à voile, éditions Erel S.P.R.L., 1976)

mbleriot

Louis Blériot, aviateur auteur de la première traversée aérienne de la Manche, popularisa ce moyen de locomotion sportif vers 1911, en inventant le mot “aéroplage”. La presse, toujours à la recherche de héros, s’en empara et le décréta inventeur du système. Le modèle de Blériot s’inspirait de ceux de Dumont;, amélioré avec un châssis tubulaire et un empattement large. Un ensemble solide mais un peu lourd. Ses essais sur la plage de Hardelot lui permettent d’atteindre les 100 à 110 km/h par grand vent des vitesses.

Sous l’impulsion de l’aviateur, de multiples courses commencent à s’organiser en France. Le Berck-Sporting club organise sa première épreuve le 8 septembre 1912, où un char atteint les 54 km/h. Puis Hardelot, en juillet 1913 réunit plusieurs dizaines de concurrents belges et français montés sur différents types d’engins. C’est une recherche technique tout azimuts, mais très artisanale. Outre les chars Dumont et Blériot, on trouve aussi des machines signées Clarysse, Ledure, Robert Sloet, Marcel Goossens, les frères de Neck, les frères Destrée, les frères Guillon, Armand Nagelmackers, etc.

8bleriot-2

A Royan, en 1912, Jules Moine, un mécanicien en cycles et automobiles, conçoit un Aéroplage à deux places et à trois roues pour ses enfants. Il utilise pour cela un assemblage de tubes destinés à la fabrication de cadres de vélos. Il participe aux deux premières épreuves Royannaises, organisées sur la plage de la Grande Conche, face au casino, et en remporte une.

8moine-sgv

André et Léon Moine sur l’aéroplage de leur père qui participera à la première course de Royan en 1913.

Après la guerre de 14-18, François Dumont développe son affaire de char à voile. Il construit et loue ses chars, tout en poursuivant sa carrière de pilote en compétition.

Le sud-ouest n’est pas en reste puisque M. Volette, ancien ouvrier de Jules Moine, installé à Royan depuis 1922 comme mécanicien et armurier, qui était déjà pratiquant, et son associé M. Brecq eurent l’idée de se lancer dans la fabrication d’aéroplages.

volette-sgv

Henri Demoury : le novateur

Le Français Henri Demoury, ingénieur des Arts et Métiers, vient relancer cette belle mécanique sportive. Découvrant ces drôles de machines lors d’un voyage en Belgique en 1927, il en tombe amoureux fou. Il construit alors son premier engin et l’essaye sur une vingtaine de kilomètres sur la départementale 6 près de Soisson. Alliant ses qualités de technicien, d’observateur attentif et de sportif, son char à voile est rationnel et stable, avec des longerons métalliques en U et des roues de Ford. Très efficace en compétition, ce char lui permet de se classer premier à La Panne, devant toute une équipe de spécialistes. Il s’essaye aussi sur un étang gelé, près de Château-Thierry, reprenant le principe du “ice-boat” déjà utilisé dans les pays nordiques, en Allemagne et au Canada.>

Visiter le site de la famille Demoury

Son désir de poursuivre dans cette voie le fait s’installer à Merlimont et monter un petit atelier au Touquet. “Mon père pensait tout le temps char, raconte Colette Demoury, une de ses filles. A tel point qu’il nous emmenait en classe en char à voile. Il fallait se lever tôt et subir les aléas climatiques et parfois le manque de vent.” Christian Nau évoque ce personnage qui a contribué à sa vocation : “Nous passions des journées entières à scier, découper, visser, clouer dans les ateliers de Monsieur Henry Demoury. Notre ténacité fut bientôt couronnée d’un succès bien mérité et aux compétitions suivantes nous nous hissions peu à peu vers les premières places, devançant souvent des pilotes chevronnés sur d’excellentes machines.” Dans les années 30, avec son nouveau modèle appelé “9”, Henry Demoury dépasse les 100 km/h, record homologué. Il passe le virus à tous ses enfants. En particulier Luc qui deviendra un excellent pilote et Pierre qui élaborera de nouveaux engins. Colette a la fierté de faire découvrir ce sport à la princesse Elisabeth d’Angleterre et à sœur la princesse Margareth, venues passées une semaine au Touquet. Elle travaille à réaliser son propre char qui trouve aussitôt acquéreur, avant même de l’avoir essayé. Elle apportera de nombreuses idées et participera concrètement à la réalisation des Losanges en dessinant et faisant fabriquer les carénages dans la banlieue parisienne.

Le développement du tourisme permet au char de se faire connaître. Jan Leye explique qu’à La Panne un certain nombre de chars étaient loués par des vacanciers. “Lorsque ces derniers étaient trop peu nombreux, on autorisait les jeunes de l’endroit à utiliser les chars gratuitement et faire ainsi de la publicité pour ce sport.” Ils étaient aussi loués pour les concours récompensés par des prix en argent. Henry Demoury loue aussi à Merlimont-plage des chars à petites voiles où l’on peut monter à deux ou trois personnes. Appelés “Aéro-skifts”, ils ont la particularité de disposer d’un système de propulsion mécanique à base d’un mouvement de rameur.

miss-sjv

L’aéroplage est également populaire sur la côte de Beauté comme le montre cette photos de Miss Paris qui se produisait au casino de Royan En 1935. Ces photos furent exposées dans un grand magasin des champs Elysées.

Outre-Atlantique, on pense aussi char à voile. Dans les années trente, les lacs desséchés voient se dérouler leurs premières épreuves. Ce sont, selon Jan Leye, “des chars à glace du type Arrow transformés. A l’époque, ils avaient déjà un mât profilé pivotant et un essieu”.

La première guerre mondiale voit l’arrêt brutal, presque fatal de la pratique de l’Aéroplage. Il faut attendre la fin de la deuxième guerre mondiale pour que l’on ressorte les vieux engins et qu’on les remette au goût du jour. Le grand bond en avant du char à voile se fait à partir des années 50. A la demande officielle du maire du Touquet, le docteur Pouget, Henry Demoury travaille à son développement. Cette ville, tout comme Berck et Fort-Mahon deviennent les lieux privilégiés de ceux qui cherchent les sensations de vitesse sur le sable. En 1962, la Fédération Internationale des Sand et Land Yatchs (FISLY) voit le jour avec Bob Nyssens comme premier président. Dans les Championnats d’Europe, organisés la même année, France se démarque en remportant une première place par équipe. En 1964, naît la Fédération Française de Char à Voile.

En 1965, Pierre Demoury, fils d’Henry, devient champion d’Europe au volant de “La Banane;”, char de classe 1, en forme de losange caréné, avec une roue avant et arrière synchronisées pour la direction et deux roues latérales pour la stabilité. Un mât rainuré pour une voile lattée et en Tergal, un double volant, l’un pour la direction et l’autre pour border la voile, complètent ce magnifique engin. L’arrivée des DN (originaire de Detroit News) relance l’intérêt pour le char, d’autant que ceux-ci sont petits, légers et faciles à construire. Pour faciliter les compétitions et limiter les risques, des catégories sont créées et les premiers Championnats par classe voient le jour en 1967. Les DN font partie de la Classe 2.

pdemoury Visiter le site de la famille Demoury

 

nau

 

L’ère des raids

Passionné par le Sahara où il a vécut 14 ans, et amateur de char à voile, le colonel Jean Du Boucher, a commencé à tâter du raid en solitaire. En 1967, il décide d’organiser un “rallye des sables” ; pour le moins insolite : 2.500 kilomètres à travers le Sahara entre Colomb-Béchar en Algérie et Nouakchott en Mauritanie. Cette première régate transsaharienne sera suivie d’une “Croisière des Oasis” en 1969, entre Laghouat et El Goléa, sur des chars construits par Pierre Demoury.

Conquis par le désert, Christian Nau prépare une expédition en solitaire qui le mène de Zouerate en Mauritanie à Dakar au Sénégal. Il poursuit encore ses conquêtes terrestres pendant quelques années : on le voit faire du char au pied du Piton de la Fournaise à la Réunion, puis à l’extrême sud, aux Iles Kerguelen, ou encore dans la Vallée de la Mort en Californie. Plus récemment, il s’est intéressé au char à voile sur rail, on l’a vu en Bolivie et en Australie accomplir de nouveaux exploits et battre un record de vitesse sur le rails du T.G.V. en 1992 : 71,41 km/h.

Côté aventure, Christian Nau a, semble-t-il, déclenché quelques vocations pour des expéditions lointaines. Bon nombre tentent encore de démontrer qu’avec du vent, deux bras et de la volonté, on peut créer l’exploit. Inspirateur du Speed-Sail, Arnaud de Rosnay parcourt 1.300 kilomètres de régions semi-désertiques en Afrique en 1979. Michel Vincent, lui, traverse le Salar, un lac salé de 20.000 km2 à 3.800 m d’altitude, en Bolivie, alors que les Valdenaire et Pierre-Luc Poujol se lancent à travers le Sahara en 1990.

Le renouveau de la décennie 80

Les lourdes structures des classes 1 et 2 et leur coût de fabrication limitent l’accès des nouveaux adeptes au char à voile. Les clubs fonctionnent grâce aux propriétaires et au battage médiatique autour des courses, championnats ou exploits sportifs.

Le grand rebond vient dans les années 80 avec la montée progressive dans la hiérarchie de la Classe 3. Grâce à ses qualités elle devient la catégorie que choisissent les champions. Rapide, relativement solide, capable de très belles performances, cette classe offre l’avantage de la maniabilité et de la légèreté par rapport aux formules vedettes d’autrefois. Plusieurs fois Champion du monde, Bertrand Lambert, berckois né en 1955, trouve dans le classe 3 en composite matière à s’exprimer. Ses engins sont réputés et le mènent souvent à la victoire, ce qui assure la promotion de la classe.

bertrand-lambert

 

La classe 3

Il était une fois… les constructeurs et les pilotes de classe 3 racontés par l’Association Classe 3.

Logo_CA3

De 1960 à nos jours, un parcours épique, des aventures passionnantes, humaines, technologiques, historiques… Ne ratez pas l’épopée de la Classe 3 racontée par les pilotes de classe 3.

 

 

 

 

La classe 5

L’arrivée de la classe 5, moins pointue, moins coûteuse, mais tout aussi sympathique à piloter, est l’élément d’ouverture de ce sport. Nécessitant moins de “grands espaces”, la classe 5 peut se pratiquer sur des plages plus étroites que celles de la Côte d’Opale. La Bretagne, le grand ouest et même le pourtour méditerranéen s’y intéressent. Des clubs se créent un peu partout. Comme en classe 3, la technicité parle et les pilotes les plus aguerris investissent dans du matériel de pointe. La Classe 5 perd peu à peu son aspect bon marché et ouvert à tous.

Des champions apportent aussi leur touche dans l’évolution. Jean-Philippe Krischer et Christine Touati créent un nouveau concept de char entre le classe 3 et le 5 : le Standart. Doté d’une coque nacelle suspendue sous un châssis, cet engin est lauréat aux Oscars du design. Après des débuts limités, le Standart est devenu une classe à part, en tant que monotype, au sein de la FFCV.

robbyon

 

De nouvelles classes

Mais l’histoire ne s’arrête pas là. En 1977, Arnaud de Rosnay, gêné par une mer trop forte ne peut sortir sa planche à voile. Un char à voile passe par là …il sera la source d’inspiration du célèbre véliplanchiste. Un nouveau type d’engin naît : le “Speed Sail” qui deviendra un sport à part entière et sera reconnu par la Fédération Française de Char à Voile en 1979.

Après l’arrivée du Speed-Sail, la FFCV cherche a attirer jeunes et moins jeunes au travers des écoles de char à voile, équipées d’engins spécifiques comme les monotypes fédéraux. Lancé il y a 15 ans, pour développer le goût du char chez les 11-16 ans, le Mini 4 est un char robuste et facile d’approche. Le succès de la formule a permis la création de courses et d’un Championnat de France. La FFCV a également impulsé la création du Mono 5, facilement accessible aux jeunes adultes. Mis en place en 1997, le Mono 5 est un char sécurisant, agréable à piloter, rapide, peu onéreux, simple d’entretien et adaptable aux conditions météorologiques. Ce monotype se substituera progressivement aux modèles disparates jusqu’alors employés par les écoles. Les jeunes pilotes, de 5 à 8 ans, peuvent s’initier sur un engin à leur taille : le Buggy.

 

De plus en plus de classes…

 

Dix ans plus tard, un néo-zélandais, Peter Lynn, invente un nouveau type d’engin tracté, cette fois, par un cerf volant. C’est le char à cerf-volant. Il apparaît pour la première fois en France en 1992. Il est adopté et reconnu par la famille du char à voile depuis 1996.

histc8_small

 

…et encore l’aventure

Les années 90 voient le renouveau de l’aventure. Les étudiants de l’Institut Supérieur de Commerce de Paris montent une traversée de la Namibie en 1994. Des passionnés de terres glacées, les frères Pierre et Frédéric Vernay, Jean-Yves Lapoix, Jean-François Chevalier parcourent les étendues arctiques à bord de chars à voile munis de patins (ice-boat) sur des bases de Standart.

Pour la troisième année consécutive, la Transat des Sables, raid dans le désert mauritanien, regroupera, en juin 1999, des chars à voile, chars à cerf-volant (classe 8) et speed-sail (Classe 7) pour une course par étapes. En 1998, l’aventure avait réuni une douzaine de pilotes, en plein désert du Maroc, pour huit étapes à travers dunes, ergs et chotts, à plus de 80 km/h. Quelques voiles déchirées, quelques épines redoutables pour les pneus et un ou deux essieux cassés, une réalité parfois difficile mais le souvenir d’une grande aventure pour tous. “Cette course se déroule dans des limites que les touristes ne franchissent jamais, commente le Suisse Stéphane Hillairet (5e). J’ai conscience d’avoir vécu une folie… On ne revient pas intact d’une telle aventure.” Autre point de vue, celui d’Alain Darrigrand (2e au général, 1er char à voile) : “Je n’avais jamais imaginé à quel point on allait être ballotté, secoué, cahoté.”

8header

La Fédération Française de Char à Voile rassemble aujourd’hui tous les engins se déplaçant sur des surfaces solides et mûs par le vent, et ils sont de toute nature… Classe 2, Classe 3, Classe 5, Classe 5 Promo, Classe Standart, Classe 7, Classe 7 Dirt WindSurfing®, Classe 8, Classe 8 Promo, Classe Kart à voile, Classe K (pilote debout avec voile volante), Mini4, Classe Blokart…

Mais l’histoire continue et de nouveaux engins voient déjà le jour…

autres

Quelques dates importantes

  • 1898, 1ers chars à voile sportifs construits à La Panne, en Belgique, par les frères Dumont,
  • 1905, 1ers chars à voile sportifs construits en France par Cazin et Blériot.
  • 1909, 1res compétitions.
  • 1913, Compétition internationale à Berck, puis Hardelot, 43 pilotes dont Louis Blériot et son Aéroplage.
  • 1937, Des sportifs américains parrainés par le Detroit Evening News dessinent les plans et réalisent un char à voile en bois appelé le « DN » ; il sera fabriqué pendant plus de 50 ans à des milliers d’exemplaires, équipé de roues pour aller sur le sable ou de patins pour la glace.
  • 1967, 1er raid international (Colomb-Béchar/Nouakchott, 2 500 km, 24 pilotes).
  • 1969, 1re croisière des oasis : Laghouat-El Goléa via Ghardaïa (500 km) ; 12 chars, 24 pilotes ; vainqueurs : Collinet et Flament (France).
  • 1972, Zouerate-Dakar (1 500 km) en solitaire : Christian Nau à bord du Saint-Louis.
  • 1976, Volcan de la Fournaise (Réunion) par C. Nau.
  • 1977, Raid aux îles Kerguelen (C. Nau).
  • 1983, Côté endurance, Morel, Octor et Robin, parcourent en juin 1.299 km en 24 heures sur un classe 3.
  • 1983, Open international Tunisie speed sail (21-28 oct.) : Y. Boussenart (Belg.) ; raid au Groenland (C. Nau).
  • 1985, Traversée de la vallée de la Mort (USA), 170 km en 4 jours, tout terrain, à la voile (60 %), en pédalant (20 %), à pied (10 %) et en escaladant (10 %) par C. Nau (dénivelé : de – 86 m à + de 1 000 m ; température : 47 oC à l’ombre).
  • 1989, Jean-Christophe Villedieu établit le record mondial de vitesse sur l’autoroute A13 à 85,55 km/h.
  • 1991, Bertrand Lambert bat le record à Berck-sur-Mer (Pas-de-Calais) en atteignant 151,55 km/h.
  • 1993, Côté endurance, Xavier Faucon, Marc François et Lucie François à Gravelines (Nord) parcourent en mars 1993 871,6 km (Nord).
  • 1999 Transat des sables dans le Sahara mauritanien, triangle de 1 600 km entre Nouakchott, Choum et Boulanouar ; speed sail : P. Malcoste, char à cerf-volant : Mauson, char à voile : Jannic.
  • 2000, Tadeg Normand bat le record du monde (151,9 km/h, 16-6-2000).
  • 2009, Le 26 Mars 2009, sur le Lac d’ Ivanpah au USA, Le Greenbird – conduit par l’ingénieur britannique Richard Jenkins écrase le record de vitesse terrestre pour les véhicules propulsés par le vent. Le Greenbird est enregistré à 126,1 mph (202,9 km/h), éclipsant l’ancien record de 116 mi/h, établi par Bob Schumacher en Mars 1999 au même endroit.

Pour aller plus loin

  • “L’aventure du char à voile”, Jan Leye avec la collaboration de Chris Cattaert, Mark De Jode, Marc De Wilde, Eric Engelbrecht, Anne Maene, Geert Vanthuyne, Éditions Stitching Kunstboek, 1998.
  • “Char à voile – Guide pratique” de Bruno Grelon, remis à jour et réédité en 2006.
  • Visiter le site de la famille Demoury

Sources

  • “Char à voile – Guide pratique”, Bruno Grelon, remis à jour et réédité en 2006
  • “Centenaire du char à voile” – Un siècle d’Aéroplage et de char à voile sur la côte de beauté”, édition Imprimerie Gatignol, 2000
  • Voiles news magazine et autres sites de char à voile
  • Recherches sur le web
  • Ligue Aquitaine Poitou-Charentes de char à voile que nous remercions pour cet historique.